FINAL FANTASY Record Keeper

Les Final Fantasy apportent avec eux des histoires poignantes aux protagonistes charismatiques et attachants. Cecil, Kaïn, Lenna, Kefka, Cloud, Tifa, Sephiroth, Squall, Djidane, Tidus, Yuna, Vaan, Lightning, Minfilia et tant d’autres, se retrouvent à partager l’écran de notre smartphone dans "Final Fantasy Record Keeper", un free to play disponible sur l’Apps Store et le Google Play.

Histoire

« Dans un magnifique royaume prospère où règne une harmonie parfaite entre art et magie, des récits épiques mêlant bravoure et espoir sont transmis de génération en génération.

Les souvenirs de ces Grandes Chroniques sont les garants de la paix et de la prospérité de l’ensemble de la civilisation. Le royaume a consigné ces souvenirs à l’intérieur de tableaux dans le but de maintenir l’équilibre du monde.

Mais sans crier gare, les souvenirs au sein des tableaux ont commencé à s’effacer… Les ténèbres se sont abattues sur le monde, apportant désolation et chaos.

L’heure est venue pour vous de sauver l’avenir du royaume.

Protégez votre héritage. »

Le background étant posé, précisons un peu le fond de cette pensée. Les souvenirs des Grandes Chroniques – vous l’aurez compris – sont en réalité les plus grands et les plus beaux moments de l’ensemble des Final Fantasy, du premier sorti en 1987 au dernier à ce jour, le quinzième opus, disponible depuis le 29 novembre 2016. Ces souvenirs ayant été effacés par un sombre mal, nous avons été chargé, en tant que jeune aventurier, de redonner leurs couleurs et leur éclat à ces mémoires d’un passé glorieux.

Gameplay

Lorsque nous démarrons le jeu à chaque partie, trois grands choix s’offrent à nous :

  • Effectuer des donjons en mode Histoire,
  • Effectuer des donjons pour des Évents (et ils sont nombreux pour notre plus grand plaisir),
  • Effectuer des donjons en mode Cauchemar.

Avant d’entrer dans le détail de chaque possibilité, prenons quelques minutes pour détailler le fonctionnement du jeu.

Que ça soit du coté historique, pour des évents ou en mode Cauchemar, le but de notre périple est de parcourir des donjons. Un donjon représente un morceau d’histoire d’un Final Fantasy donné, généralement divisé en plusieurs étapes (ou paliers). Alors que dans les premiers étages nous devrons défaire des ennemis « classiques », le dernier, lui, va nous entrainer à croiser le fer face au boss de ce donjon. Celui-ci sera le véritable boss rencontré dans le FF’ choisi du moment de l’histoire auquel nous sommes. Par exemple, si nous sommes dans le septième opus des Final Fantasy, et que temporellement parlant au niveau de l’histoire nous en sommes au Réacteur Mako I, nous allons bien évidement nous retrouver face au premier boss de ce jeu, à savoir le Scorpion gardien !

Par ailleurs, dès lors que nous avons terminé un donjon en mode classique, nous avons la possibilité de le refaire une fois de plus, mais en mode « Donjon d’élite ». La difficulté y est nettement supérieure, mais pour une récompense nettement augmentée !

Ce que je trouve particulièrement plaisant, c’est de retrouver tous ces personnages, monstres, ennemis et boss en pixels… Comme si la technologie avait fait un bond en arrière (plus ou moins grand selon le FF’ choisi bien entendu).

Maintenant que nous avons vu le principe de donjon, attardons-nous plus en détails dans les choix proposés par Final Fantasy Record Keeper.

Quelques visuels

  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper

Le mode Histoire

Comme son nom l’indique, le mode Histoire va nous faire voyager à travers l’ensemble des Final Fantasy pour justement réaliser notre quête principale, à savoir : sauver les tableaux de l’oubli en leur redonnant tout leur éclat.

Comment cela fonctionne-t-il ?

Dès que nous sélectionnons le mode Histoire (qui se nomme « Mondes Donjon »), nous allons pouvoir sélectionner dans quel opus nous désirons nous embarquer, parmi les éléments débloqués. Une fois l’opus choisi nous allons pouvoir réaliser le premier donjon. Pour débloquer le second donjon (de niveau supérieur bien entendu), nous allons devoir bien évidemment parcourir et réussir le premier.

A chaque fois que nous terminons un donjon, qui représente, je le rappelle, un morceau de l’histoire, un suivant est débloqué. Ça peut être le suivant du même FF’ comme ça peut être un donjon d’un autre FF’, pour bien entendu varier les plaisirs.

Le but est de nous faire (re)vivre les plus beaux chapitres de tous les Final Fantasy, et plus particulièrement d’en sauver les tableaux.

Le mode Évent

Ce mode se nomme « Donjons de raid – Événement Donjon ». Et qui dit événement, dit forcément des événements temporaires. Et là ce que j’apprécie particulièrement, c’est le choix et la variété constante des propositions.

Concrètement un événement c’est quoi ? Et bien c’est un arrêt sur un moment précis de l’histoire d’un Final Fantasy, pour obtenir soit des objets rares, soit des personnages particuliers ou bien des bonus à débloquer.

A l’heure où ces lignes sont couchées sur le papier, un événement bien sympa se nomme « Le lys de la conspiration ». Ce n’est ni plus ni moins que la première occasion de recruter dans notre équipe Reks de Final Fantasy XII. Alors Reks pour ceux qui ne connaissent pas, il est le frère de Vaan. Détestant la violence, il s’enrôle cependant dans l’Ordre des Chevaliers de Dalmasca afin de protéger sa patrie. Reks se retrouve malgré lui impliqué dans le complot visant à assassiner le roi… et aura une fin rapide et tragique.

Alors évidemment, Reks est loin d’être un personnage emblématique des Final Fantasy, mais se concentrer lors de cet événement à cette partie de l’histoire de FFXII est vraiment plaisant. D’autant plus que cette tragédie, aura bien entendu des répercutions sur le personnage principal de cet opus en la personne de Vaan.

Le mode Cauchemar

Il est l’heure de s’accrocher à son chapeau dans ce mode ! Les donjons cauchemardesques contiennent les souvenirs de douze grands pouvoirs comptant parmi les plus féroces. Sa recherche permettra de découvrir les secrets des maux qui entourent la disparition des tableaux. Les souvenirs de ces turbulents donjons s’effacent eux aussi. Pour résolver cette affaire, notre tâche sera de récupérer tous les « souvenirs du Cauchemar ».

Qui dit cauchemar, dit forcément monstres plus terrifiants à abattre. De plus, pour vaincre l’ennemi tapi au fin fond du donjon, nous aurons besoin de l’aide d’un héros doté du même pouvoir cauchemardesque.

Comme vous vous en doutez, il faudra avoir un niveau assez élevé pour participer à ce mode.

Notre équipe

Alors vous allez me dire que c’est bien beau tout ça mais pour se battre et effectuer des donjons, il nous faut une équipe ? Et comment ça se passe ?
J’en viens justement ! Au début du jeu nous ne sommes qu’un mercenaire isolé. Personnage principal de cette épopée (auquel il faudra lui donner une identité), nous aurons besoin de débloquer dès les premières minutes du jeu des alliés. C’est pour cela que les premiers donjons vont nous permettre de recruter assez rapidement nos premiers membres. A nous par la suite, d’en changer sa composition.

Lorsque nous participons à des donjons d’histoire et des évents, nous avons la possibilité de débloquer des protagonistes de l’ensemble des Final Fantasy. Ainsi, on pourra recruter Cloud si nous participons aux donjons de FFVII, Bibi si nous participons aux donjons de FFIX etc.

Cela va nous permettre de constituer notre équipe rêvée, si ce n’est souhaitée, pour continuer l’aventure. Et c’est justement ce que je trouve de véritablement intéressant ! Comme vous pourrez le constater en regardant les images disposées çà et là de cet article, j’ai choisi dans mon équipe Lightning de FFXIII, Djidane de FFIX et Cloud de FFVII en combattants, Yuna de FFX en invocatrice et mage blanc, et enfin notre cher Bibi de FFIX en tant que Mage noir.

Vous devrez savoir qu’il sera important – voire vital – de varier les spécificités des membres de votre équipe pour justement avoir un panel assez large dans les capacités. Je m’explique. Il se peut que vous arriviez face à un boss qui soit insensible aux attaques physiques ! Dans ce cas, vous remercierez le ciel d’avoir comme atout un mage vous permettant d’entrevoir la salvation !

Par ailleurs, le système de leveling n’a pas été écarté. On repart donc sur des bases classiques : au plus nous combattons, au plus les membres de notre équipe prennent du niveau. A noter que chaque recrue arrivera en étant niveau 1. Rassurez-vous, nous avons la possibilité de lui faire prendre du niveau rapidement pour rattraper l’équipe actuellement en jeu grâce à des orbes de croissances que nous obtenons en terminant des donjons, où lors d’événements particuliers.

Enfin, et petite information mais non des moindres, puisque comme vous pouvez le voir sur certaines images, il arrive qu’un personnage soit entouré d’un halo bleu. Cela se produit quand un des personnages du FF’ dans lequel nous parcourons le donjon est présent dans notre équipe. Ça sera par exemple le cas si nous arpentons un donjon de FFXIII avec dans notre équipe Lightning. Celle-ci obtiendra donc un bonus d’expérience, une fois le donjon achevé !

Chaque personnage dispose d’attaques différentes, à utilisation variables :

  • Attaque est utilisable en illimité : cette action permet d’attaquer physiquement l’ennemi avec l’arme équipée,
  • Se protéger est utilisable en illimité : cette action permet de passer en mode défense pour encaisser le coup ennemi plus facilement.

Ces deux éléments sont automatiquement disponibles sur l’ensemble de nos personnages. Parallèlement à cela, chaque personnage bénéficie de capacités propres à savoir :

  • Soin pour les Mages Blancs (utilisable un nombre de fois limité),
  • Brasier, foudre etc. pour les Mages Noirs (utilisables un nombre de fois limité),
  • Etc.

Enfin, chaque protagoniste dispose d’un sort spécial qui ne sera actif qu’une fois la barre de furie remplie sur l’échelon indiqué. C’est un peu comme les limites dans FFVII pour ceux qui s’en souviennent. Concrètement dès la limite franchie, le sort spécial du héros est débloqué et pourra être utilisé le tour suivant. C’est un sort plus « badasse » que les sorts classiques bien entendu.

Ah… j’allais oublier ! Lors de chaque donjon, nous avons la possibilité de recruter ce que l’on nomme un « héros ». Un héros est simplement un guerrier ami, de niveau bien souvent à 99 et que nous pouvons invoquer à deux reprises dans un donjon. Cela entraine une belle cinématique dégommant sans demi-mesure l’ennemi face à nous. Au plus vous ferez des donjons et participerez à des évents, au plus vous aurez la possibilité d’en recruter.

Les armes et capacités

Bon, faire un donjon c’est sympa, avec une belle équipe c’est plutôt cool, mais avec quoi ils vont se battre et s’équiper ?

Et bien comme vous vous en doutez, quand vous commencez le jeu vous avez un équipement de faible niveau. Au plus vous allez faire des donjons, au plus vous allez avoir des looots pour s’équiper plus correctement ! Jusque là rien de révolutionnaire certes, mais d’une importance capitale. Qui irait affronter les monstres les plus hardis avec une épée et un bouclier en bois ?

De plus, comme récompense vous allez également obtenir des orbes de différentes compositions permettant d’améliorer vos pièces d’équipements et vos sorts, voire même vous donneront la possibilité d’en créer de nouvelles et nouveaux.

A vous de créer et améliorer votre stuff pour frapper plus forts vos ennemis et pour porter un équipement plus adapté au niveau du donjon dans lequel vous allez partir à l’aventure.

Musiques

Je pense que c’est un élément cardinal que j’ai particulièrement apprécié et qui me donne des frissons à chaque début de donjon. Comme nous l’avons évoqué précédemment, les donjons représentent des morceaux d’histoires de l’ensemble des Final Fantasy.

Alors évidemment, comment ne pas s’emballer devant ces symphonies qui ont marqué l’essence même de la série toute entière ?

Vous connaissez par ailleurs notre attachement, si ce n’est notre amour pour les réalisations de Nobuo Uematsu. Envouté par les instruments à cordes et à vents, voire même en format .MIDI, ils ont contribué à donner leur éclat à la franchise FF’, appuyant les passages les plus attachants et dramatiques, en donnant l’identité propre de l’opus proposé !

Free to play mais comment faire des donjons ?

Alors, c’est là que l’on comprend que free-to-play rime souvent avec patience. En effet, pour faire des donjons, il vous faut une quantité minimum de ce que l’on nomme de la Vigueur (représentée par des cristaux oranges). Le nombre maximum est déterminé en commençant le jeu mais pourra être étendu en parcourant des donjons du mode histoire.

Les cristaux de Vigueur se régénèrent lentement, à hauteur d’un toutes les trois minutes. Ainsi, quand vous avez épuisé vos cristaux de Vigueur, armez-vous de patience pour continuer à jouer ou sortez la carte bancaire pour acheter des gemmes…

Connexion et téléchargement vous avez dit ?

Bien entendu pour pouvoir jouer à Final Fantasy Record Keeper, il va falloir bénéficier d’une connexion internet… car le jeu téléchargera tout le temps.

Pour accéder aux évents, pour accéder aux salles du mode histoire, pour revenir au menu principal etc. Assurez-vous d’avoir un forfait en conséquence car, bien que cela soit tout de même assez limité, les Mo dépensés arrivent assez rapidement.

D’ailleurs cela peut devenir assez frustrant si vous jouez pendant un trajet en train par exemple. Lors de ce voyage, il y a des zones d’ombre en connexion internet… Dans ce cas, encore une fois, la patience sera la clé de voute de votre réussite.

Quelques derniers visuels pour la route

  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper
  • Final Fantasy Record Keeper

En conclusion

En toute honnêteté j’apprécie particulièrement ce jeu gratuit proposé par Square-Enix sur Smartphone. D’une part, on retrouve l’épopée de ces trente dernières années, qui ont vu passer de très bons Final Fantasy, aux histoires à la fois spectaculaires et bouleversantes ! D’autre part, les événements changent constamment, ce qui atténue l’ennui, car même si c’est toujours la même chose que nous devons réaliser (à savoir faire des donjons et combattre les ennemis les uns après les autres), on redécouvre la beauté de l’ensemble des FF’ !

Le jeu est à la fois adapté pour les anciens (heu… comme nous quoi) qui prendrons du plaisir à redécouvrir les tout premiers FF’, mais également aux nouveaux arrivants sur la planète Final Fantasy qui pourront découvrir la richesse des opus les moins jeunes (tant sur l’histoire, que sur les personnages que sur les OST).

Après il faut se l’avouer, le jeu est très récurent car il s’agit simplement de « monster bashing » ! Je ne pense pas que vous allez rester des heures et des heures d’affilées sur le jeu, mais de temps à autre, pendant un trajet en train, ou pour passer le temps quelques instants, ça reste agréable de partir à la (re)découverte des nobles quêtes de l’ensemble de la franchise Final Fantasy.

Par ailleurs, le fait que le titre soit gratuit apporte bien évidemment sa part de satisfaction, bien que – parfois – la patience devra être la vertu à posséder car l’évolution sera plus lente.

Infos pour la jouer experts !

  • Catégorie : Jeu-vidéo
  • Taille du fichier : 71.3 MB
  • Pour Android : Nécessite la version 2.3 ou ultérieure
  • Pour Apple : Nécessite iOS 7.0 ou ultérieur. Compatible avec iPhone, iPad et iPod touch
  • Langues : Anglais, Français, Espagnol
  • Violence modérée, Éléments interactifs, Achats numériques
  • Autorisations : La version 5.1.2 peut accéder aux éléments suivants : Achats via l'application, Historique de l'appareil et des applications (récupérer les applications en cours d'exécution), Identité (rechercher des comptes sur l'appareil)
  • Proposée par : DeNA Corp.
  • Producteur : Square-Enix

Réagissez & commentez

sur cet article