Le retour de FFV

Final Fantasy V, distribué à une époque que les gens de moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre, a fait sa réapparition en 2013 sur les plateformes tactiles d’Apple et d’Android ! Il est grand temps de rendre hommage à ce jeu d’anthologie, mais avant de prendre le bouclier et l’épée, revenons quelques instants sur les dates clés de FFV.

Imaginez un retour de FFV sur smatphones et tablettes

Les réadaptations de ce cinquième opus s’enchaînent au fur et à mesure des nouveaux supports proposés aux fans de la série. Rien qu’au pays du soleil levant, Final Fantasy V naquit en 1992 sur SNES, puis revint en 1998 sur Playstation One et en 2006 sur Gameboy Advance (GBA).
Sa renaissance actuelle était attendue, FFV revient en 2013 pour éclater au grand jour sur les smartphones et tablettes !

C’est une bonne occasion pour Lost-Fantasy de sortir de sa torpeur hivernal et de goûter au plaisir de ce RPG pour vous proposer de revenir fouler les terres du Royaume de Tycoon, à la re-re-redécouverte d’une histoire profonde et magique à la fois !

Introduction

La cinématique de début (oui cinématique ! Qui ose contredire ces belles images ?), nous expose l’anxiété d’un Roi se tenant au sommet de son château devant un dragon. L’inquiétude le ronge ! C’est alors qu’il décide de se rendre au temple du Vent pour vérifier ses craintes. Quelques instants plus tard, le vent s’arrête de souffler… Plus aucune brise ne vient caresser la peau des habitants… Nous ne le savons pas encore, mais le cristal du Vent vient d’éclater en mille morceaux ! Juste devant les yeux d’un Roi désemparé !
Quelques minutes plus tard, dans un fracas le plus apocalyptique, un météore vient s’écraser à proximité du Royaume de Tycoon !

Non loin de là, un jeune aventurier se reposait accompagné de son fidèle destrier qui n’était autre qu’un chocobo. La chute de l’élément céleste vint attiser toute sa curiosité. C’est alors qu’il décide d’aller voir de plus près. En chemin il va faire la connaissance de Lenna, qui soit dit au passage n’est autre que la fille du roi. Un vieil homme mystérieux nommé Galuf se joindra au groupe récemment constitué. Ce dernier protagoniste a perdu la tête, enfin comprenez simplement que sa mémoire est dysfonctionnelle : il ne se rappelle plus de rien !
Alors que nos héros s’approchaient du lieu du crash, une bande de pirate commandée par Faris fait irruption ! Dans la plus grande logique face à une situation comme celle-ci, le chef Faris décide de se joindre au groupe car il constate que le pendentif qu’il possède est le même que celui de Lenna.

Arrivés au Temple du Vent, notre jeune équipe se retrouve face au cristal brisé. Ces jeunes protagonistes, désormais promus au rang de héros, se voient confier des fragments, représentant les pouvoirs d’anciens combattants. Ils deviennent ainsi des Guerriers de la Lumière, dont la destinée est de protéger les trois autres cristaux restants ! Ils ne le savent pas encore, mais la menace est élevée, de leur survie dépend l’avenir du monde tout entier (une histoire banale dans tout FF qui se respecte =P).

Le Game Play

Bien que déplacer son personnage sur la carte ne relève pas des niveaux les plus agéris, la gestion des points de magie (P.M.) est une autre paire de manche ! La difficulté réside dans le fait qu’on ne les voit pas en phase de combat. En clair, quand on sélectionne un sort, on ne sait pas combien de points de magie il nous coûte ! On ne le sait véritablement qu’en l’activant ! Le plus gros soucis réside donc dans le fait qu’on soit obligé de sélectionner un sort s’il l’on souhaite connaitre le nombre de points de magie restant !
Ce n’est dont pas d’une évidence la plus totale ! Cela manque évidemment de fluidité en combat ! Par exemple, si le mage rouge n’a plus de P.M., nous ne pouvons pas anticiper l’action en allant dans « objet » prendre un élixir ou attaquer avec son arme. La perte de temps est évidente et parfois cela en devient même bloquant, surtout quand il y a un chrono au dessus de ta tête !
*fin du mod Joueur du Grenier*

Jiyong : « Il y a un truc qui m’énerve le plus dans ce jeu, c’est la gestion des objets en combat ! Sérieusement on doit appuyer deux fois pour sélectionner un objet ! Si on clique une seule fois ça permet de déplacer un objet ! Sans rien, si je vais chercher un objet en plein combat c’est pas pour le ranger ! C’est sans doute pour m’en servir tout de suite ! Si je cherche vraiment à le ranger autant utiliser un autre bouton comme je sais pas « sélect » par exemple ! »

Les Jobs

Les jobs ne sont pas inventés sous Final Fantasy V. Rappelez-vous, ils existaient déjà sous Final Fantasy III mais absents dans FFIV. Le système de combat proposé dans Final Fantasy V donne au joueur plus de possibilités et de réflexion en matière de tactique de jeu. La difficulté des boss impose maintenant une grande nécessité de stratégie étant donné que le système de level-up ne permet plus uniquement d’améliorer les caractéristiques des personnages mais permet également accroître les compétences acquises par les jobs tout au long du périple. Pour donner un exemple, si un des personnages exerce le job de Mage Noir, vous avez la possibilité d’améliorer son niveau de job pour utiliser plus efficacement la magie noire, même en cas de changement du job par le personnage. Square innove dans en cette matière, peut être même un peu trop, nous nous expliquons.

Concrètement, les guerriers choisis par les cristaux obtiennent les pouvoirs des anciens héros qui sommeillent en eux. Ainsi, ils leur accordent des jobs.
En pratiquant des jobs, chacun des quatre guerriers peut gagner des techniques spécifiques à ce job qui est appelé « Compétence ».
Quand vous sélectionnez un job ou une compétence, votre équipement sera enlevé pour un moment. Ne vous inquiétez pas, vous serez automatiquement rééquipé avec l’équipement optimal.
En combinant Jobs et Compétences de manière intelligente, vous pourrez créer de nouveaux types de personnages.

Kadaj DK: « La subtilité vient du fait que nos personnages peuvent apprendre des compétences spéciales à un job, pour l’utiliser en le combinant dans une autres !
L’avantage vient du fait qu’un large panel est à notre disposition, l’inconvénient est du au casse tête de cette complémentarité sur certains type de boss. »

Jiyong : « Il existe un (trop) grand nombre de job. Ce qui est appréciable c’est le système de compétence en plus. Ça permet d’avoir un plus grand choix. Je n’aime par contre pas le fait de devoir aquérir la compétence et par la suite la porter. Par exemple on doit porter la compétence « courir »… pour courir ! C’est un peu ridicule de ne pas la garder une fois acquise. C’est comme si IRL quand tu avais la compétence « conduire » tu n’avais plus la compétence « intelligence »… ho wait ! … mauvais exemple… »

Le menu

Le système du menu est complètement archaïque ! Pour activer un objet il faut le sélectionner une première fois, et encore une pour l’activer, sous peine qu’il soit simplement déplacé ! Comprenez bien évidemment qu’en combat ce n’est pas chose aisée quand nous devons nous hâter sous peine de mort imminente !

Des quêtes annexes !!!

Avec Final Fantasy V, c’est l’accroissement des quêtes annexes, qui constituent donc une nouvelle ambiance de jeu et même, un nouvel avantage. Le joueur a désormais le choix de suivre l’aventure principale, et de dériver quand bon lui semble, à la conquête de trésors annexes, sans que cela lui soit imposé.

Les musiques

Jiyong : « Une légère déception niveau musique, je trouve qu’elles sont loin de refléter l’œuvre d’Uematsu. Ceci étant à mon sens deux musiques sortent quand même du lot : My home sweet home, musique que l’on entend dans la ville de Butz et Sorrows of Parting. » Notez que contrairement à la version SNes, la version Game boy advance est totalement exécrable.

Kadaj DK : « Dans l’ensemble j’ai bien apprécié les mélodies proposées dans ce cinquième opus des Fanal Fantasy par Nobuo Uematsu. Ce qui me dérange est le fait que certaines d’entre elles reviennent trop souvent à mon goût. Quelques unes sont devenues les plus cultes de la série. »

Infos pour la jouer experts !

  • Date de sortie européenne : 19 mars 2010
  • Date de sortie japonaise : 22 Janvier 2010
  • Date de sortie américaine : 16 Mars 2010
  • Classification : Role Playing Game (R.P.G)
  • Nombre de Joueur : 1
  • Média : Disque optique Nintendo
  • Contrôle : Nunchuk et Wiimote
  • P.E.G.I. : 7 ans et plus; Violence; Peur
  • Plate forme : Nintendo Wii
  • Editeur : Bandai Namco Games
  • Develloper : tri-Crescendo, Namco
  • Design : Kentaro Kawashima; Tomoni Tagawa
  • Musique : Keiko Harada et Aoi Teshima (notamment les chansons)

Réagissez & commentez

sur cet article