Les Chroniques du rôliste vidéoludique II

Ce n'est pas une défaillance de votre écran, N'essayez donc pas de régler l'image. Nous maîtrisons à présent toutes les transmissions. Nous contrôlons les horizontales... Et les verticales. Nous pouvons vous noyer sous un millier de mots ou dilater une simple image jusqu'à lui donner la clarté du cristal. Et même au delà…

Chapitre 2 – Dans les méandres et les profondeurs de l’esprit

Nous pouvons modeler votre vision, et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir. Pendant la lecture qui vient, nous contrôlons tout ce que vous allez voir et entendre. Nous partagerons les angoisses et les mystères qui gisent dans les profondeurs et les méandres de l’esprit. Au delà du réel…

L’ambiance et les jeux dits d’ambiance

Les JDR sont par définition des jeux « d’ambiance ». Prenez un jeu médiéval fantastique comme Donjons et Dragons, le MJ va vous poser « l’ambiance » avec des descriptions, des musiques, voire des images pour faire vivre l’univers dans vos petites têtes fertiles et pleines d’imagination. Mais nous autres rôlistes plus aguerris (enfin là je parle de moi et des autres rôlistes que je connais ^^) nous désignons par jeu d’ambiance, les jeux où vos personnages n’ont rien d’épique ou de fantastique. Ce sont des personnes évoluant dans le commun des mortels, à qui il arrive des choses impossibles, illogiques, voire inadmissibles comme si le destin s’acharnait sur eux. Ce type d’ambiance prend de l’ampleur dans des jeux comme l’appel de Chtullu. Prenons un jeu comme Vampire, où des humains se retrouvent propulsés dans un monde qui leur était jusqu’alors inconnu et qui pour la plupart vivent très mal la transformation d’humain en vampire. C’est de loin la pire des choses qui leur soit arrivée. Ils doivent suivre les règles d’une société qui leur est inconnue, subir les caprices d’anciens maîtres vampires terrifiants, tout en réfrénant leurs envies destructrices, liées à leur nouvelle nature. Sans oublier leur soif inexpugnable (Ouais des mots compliqués !!) qui couvent en leur sein. Souvent dans ces univers les personnages sont exposés à de telles tensions que la mort (définitive) est envisagée, voire espérée. Les personnages doivent souvent transcender leur état pour pouvoir continuer à avancer et peut être avoir une place bien tranquille à l’abris des turpitudes de cette nouvelle société.(«Vous faite quoi là !? Bein chui assis ça se voit pas ? Et vous êtes bien là ? Oui ca va c’est plutôt tranquille ici merci. Très biiiien pourvus que ca dure hein !? Qu… Quoi !? Bah il est passé où ?… »)..

Dans la pratique

Les jeux dits d’ambiance demandent aux joueurs un certain niveau d’interprétation de leur personnage, et il peut être difficile pour les nouveaux rôlistes de bien saisir toutes les subtilités du genre. J’ai vu beaucoup de jeunes joueurs se casser les dents (longues !? ^^) sur ce type de jeu, ils ont finis par retourner vers des aventures plus héroïques que les bardes peuvent chanter dans la cour de rois majestueux. Enfin après quelques temps on les voit revenir avides d’expériences plus sombres, plus dures et surtout plus intenses.

(Vous aurez compris que j’affectionne tout particulièrement ce genre de jeu, j’aime les ambiances tordues, où certaines aventures mêlent dégoût et émerveillement, où stress et jouissance (rien de sexuel, je vous vois déjà venir petits coquins) se fondent dans l’histoire que nous comte notre sombre et ambigüe MJ. Huhu tremblez dans vos chausses nous entrons dans un monde sombre et retors, où les apparences sont trompeuses.).

« Annette: C’est qu’il fait noir ici !! Gorky tu as pris la lampe torche ? Gorky…. ? T’es où ? Gooorkyyy ? »

Les jeux d’ambiances by Zephyre

Alors mes petits amis, les jeux d’ambiance c’est un gros morceau de JDR vous savez ! Les mauvaises langues diront que tous les JDR sont des jeux d’ambiances… Bon dans un sens ils n’ont pas tort, mais moi je vous parle des jeux qui ne nécessitent pas forcément d’avoir de gros flingues qui crachent des tonnes de plombs. Et où des personnages sont plus armés que les USA en état de guerre.

«- Bien le bonjour (!?) Brave voyageur de nuit je suis Rodav paladin de Shallya et je parcours les landes de Chnaffon pour traquer des Bisounours tachetés de Trull, pour le compte du seigneur Trucdull et toi qui es tu ?

– Bonsoir je suis Ykrog, hier encore je mangeais la chaire tendre de porcelets cuisinée par ma mère, je buvais le vin tel une liqueur mis en fût par les soins de Bacchus lui-même, je regardais l’aurore se lever et les fleurs éclorent sous les doux rayons du soleil, j’humais les milles odeurs de la vie. Et cette nuit je suis ici a mille lieux de mon hameau sans but, sans avenir, avec un passé en cendre et une faim qui me hante comme un fantôme d’une vie passée, oubliée. Que jamais plus aucune nourriture ne pourra assouvir, apaiser.

– Ah les ravages de la guerre j’ai bien connu, que de campagnes ais-je fait, ô fait ! Honneur et argents, que de souvenirs. Je te vois mourir de faim que Shallya me damne ! Tiens, viens souper sur mes restes brave homme et reprend quelques couleurs, tu m’as l’air bien pâle sous ce claire de lune.

– Grâce vous en soit rendue messire, j’avoue avoir eu quelques réserves à votre égard, mais que de beaux restes vous me présentez là ! De quoi en effet calmer la bête qui hurle en mon sein. Bien que je répugne à vous dérober ce dont j’ai besoin pour ma survie, vos belles paroles n’ont fait qu’attiser mon appétit.

– Que racontez vous là brave homme ce ne sont que des restes de pains et de fromages, rien de bien extraordinaire. Votre sourire me fait frémir. Sous les rayons de la lune l’éclat de vos dents me semble menaçant, n’avancez plus je vois désormais que vous n’êtes pas un voyageur n’appro…

« Sluuuuurp »

– Ainsi fait ! Vos restes si modestes soient-ils vont rester ici avec vous. Imbécile vantard, votre vie n’a servie qu’a sustenter mon être, remerciez en Shallya pour moi. L’ignoble bête que je suis ne ressent que satisfaction de la pitance que vous m’avez offerte, mais les restes de mon humanité pleureront votre dépouille. Du moins jusqu’au matin.»

(Oulla !! je me suis laissé partir Enjoy !! Mais par ce petit dialogue je voulais vous faire voir que l’interprétation d’un personnage lui donne beaucoup de charisme autant notre défunt paladin que notre petit vampire dépressif.)

A fortiori les jeux d’ambiance purs comme Call of chtullu, Vampire la Mascarade, Les secrets d’Esteren et pleins d’autres encore sont des jeux où l’ambiance et la réflexion sont de mise. Des jeux où les joueurs doivent interpréter, réfléchir et limiter au maximum leurs actions de destructions massives, pour ressentir le frisson glacial du suspens remonter leurs frêles échines.

Prenons comme exemple Vampire la mascara de White Wolf, un jeu, où vous incarnez un Vampire appartenant à un des 7 clans ayant rejoint la Camarilla (sorte de société secrète vampirique qui a pour but de contrôler « le bétail » dans l’ombre, sans que jamais ils soient mis au courant de l’existence des êtres de la nuit.). Vampire la mascarade évolue dans un univers politique très strict où il faut lutter contre le Sabbat (sorte de secte militaro-religieuse vampirique qui lutte contre la camarilla pour prendre le contrôle des grandes cités régies par les camaristes. (Bien sûr l’univers est bien plus complexe que ça je ne dis pas tout exprès huhu^^).)

Imaginez-vous : jeune rejeton vampirique qui doit évoluer dans un monde où règne en maître la trahison et la discorde, où les anciens vampires dirigent leurs ouailles de façon despotique.

Représentez-vous naviguant dans les méandres de complots fomentés par votre père vampirique qui ne voit en vous qu’un outil consommable pour arriver a ses fins.

Je pense qu’il n’est pas utile de vous dire que vous n’êtes pas le seul monstre qui parcourt le monde. Vous devrez vous dépatouiller des conflits interraciaux, de loups garous, de mages, fantômes et autre momies bandées qui hantent ce monde, et tous sont capables de vous maraver la pogne à grand coup de griffes XD.

« Annette: Il fait tout noir ici… c’est quoi ce bruit… pourquoi je me suis embarquée là d’ans moi, maman j’ai peur. Ô mon D… y’a un truc qui m’a frôlé, Gorky sale petit… NoooOOOoon !!! Allez vous en, laissez moi, Gooooorkyyyy !!! À l’aide ! Non éloignez ce couteau, n’approchez-pas. Non, non, noooooooon ! (Bruit d’un cri étouffé par un gargouillement glaireux, puis… plus rien).
Inconnus: Bon celle là en valait le coup, on avait dit 5000 € par fille c’est ça !?

Gorky: Oui c’est ça. La prochaine pour dans une semaine c’est ça ?

Iconnus: Ouais à la semaine prochaine. Hey au fait Gorky pour la prochaine, prend la plus en forme hein qu’elle l’amuse plus longtemps huhu.

Gorky: Ouai j’esserai… »

Sacré Gorky va ! Il est vrai que le monde des ténèbres (Sert d’univers de base pour faire évoluer vos personnages. Viennent s’y greffer des jeux plus spécifiques comme Vampire la mascarade ou encore Loup-garou l’apocalypse.) n’est pas fait pour les cœurs tendres, hein !

Bon comme je l’ai dit ci-dessus, il y a plein de jeux dit d’ambiance, à vrai dire ils le sont tous, mais le terme « jeu d’ambiance » cible en fait un type de JDR spécifique. Certains diront « d’horreur » comme Vampire ou le monde des ténèbres, voire L’appel de Chtullu , qui lui se prête plus particulièrement au genre.

En effet dans L’appel de Chtullu, vous incarnez des personnages, qui se retrouvent au cœur d’événements inexplicables. Traqués par des cultistes fous qui veulent ramener d’anciens Dieux immondes et destructeurs dans notre dimension. Imaginez vous vivant dans les années cinquante d’Hercules Poirot, jouant le rôle d’un professeur d’anthropologie, une actrice sur le déclin ou un simple pompiste de l’époque. Vous allez être embarqués dans une tourmente de phénomènes inexpliqués, qui vous amèneront à la limite de la folie.

Prenons l’exemple d’une partie, où un joueur interprétant un rentier désabusé par sa vie de dilettante se retrouve pourchassé par des cultistes voulant le sacrifier à une déité inconnue. Il s’allie alors à d’autres personnes se trouvant dans le même cas de figure que lui ou presque. Et lors d’une excursion à la recherche de quelques indices pour empêcher le massacre de pauvres innocents, les protagonistes se retrouvent dans une grotte s’engouffrant dans les profondeurs de la terre. Alors qu’ils arpentent cette grotte de sombres incantations surgissent des ténèbres, et après une longue marche ils peuvent enfin entrapercevoir une sortie symbolisée par une lueur vacillante au bout du tunnel. Arrivés au fond de celui-ci, ils découvrent le vide interstellaire et une sphère bleue qui tourne sur elle-même. Alors que les incantations résonnent de plus en plus fort, les personnages comprennent que cette sphère n’est autre que la Terre et que s’ils tentent d’avancer ils tomberont dans le vide de l’espace, ils ne sont plus sur Terre. La folie les gagne peu à peu. Mais que leur arrivent ils ?

Bon, là je viens de vous brosser deux grands jeux dits d’ambiances, en effet il se dégage de ces deux univers une aura de mystère, où la mort peut jaillir à chaque coins de rues mal éclairées. Ici vous devrez vous méfier de chaque personnes que vous rencontrez. Vos ennemis peuvent se tapir dans l’ombre pour vous surprendre au moment où vous êtes le plus inattentif ou bien marcher au grand jour à vos cotés sans que vous ne le sachiez. N’oubliez pas une ombre peut en cacher une autre.

Réagissez & commentez

sur cet article